Musée de l’Émeraude – Bogotá

Réplique d’une mine

Aujourd’hui je suis allée faire un tour au Musée de l’Émeraude de Bogotá. Il faut savoir que la Colombie est le premier exportateur d’émeraudes au monde, et on estime que seulement 10% auraient été trouvées.

 

Le musée se trouve au 23ème étage d’un édifice. Quand on est arrivés, on nous a tout de suite prévenu que les photos sont interdites. Prix: 5000 pesos (2€). La visite dure une trentaine de minutes. En attendant la guide, on regarde une courte vidéo. Puis on entre dans la première salle où on regarde une autre vidéo.

Le tunnel

Enfin la guide se présente et on entre dans un tunnel qui recréé une véritable mine d’émeraudes sur 27 mètres. On y voit différentes répliques de mines existantes: Chivor, Muzo y Cascués et Gachalá. On remarque la muraille qui cache (peut-être) des émeraudes, des lignées blanche: le calcite; et la pyrite dorée aussi appelée « l’or des idiots » car les chercheurs d’or venaient et la confondaient, mais elle n’a pas de grande valeur.

Durant la visite guidée la guide nous explique tout ce qu’il faut savoir sur le monde des émeraudes en Colombie :processus d’extraction, différents types d’émeraudes, caractéristiques, prix, etc. 

Trapiche

J’ai donc appris que les émeraudes de Colombie sont de meilleure qualité que celles du Brésil ou d’Afrique du Sud car dans les deux derniers cas les émeraudes se trouvent dans la roche volcanique, alors qu’en Colombie elles sont dans des fossiles aquatiques. Les émeraudes des volcans contiennent beaucoup de fer et alors que les colombiennes sont plus pures.

On verra également d’autres types d’émeraudes comme la trapiche qui est grise-verte foncée.

Elle nous raconte aussi des anecdotes, par exemple il y a des gaz toxiques mais sans odeur qui ont asphyxié plusieurs mineurs, retrouvés décédés avec le sourire, mais que dorénavant grâce à leur lampe qui clignote lors de la présence de ce gaz ils savent quand faire demi-tour.

J’ai aussi appris la légende de la déesse de l’émeraude, Fura, qui a été infidèle à son prince, lui s’est ôté la vie, et comme punition, Fura a dû le porter sur le dos huit jours, ce qui l’a fit pleurer des larmes d’émeraudes qui se sont répandues dans le bois et dans les roches. (corrigez-moi si c’est pas tout à fait juste)

Après le tunnel on s’est retrouvés dans une salle d’exposition montrant tous types émeraudes ainsi que du quartz, puis un laboratoire où on voit des tailleurs qui polissent et peaufinent les pierres, et enfin une boutique où l’on peut acheter des émeraudes. Pour indication une toute petite émeraude coûte environ 3 millions de pesos (1200€).

En bref c’est une vraie perle rare (ou devrais-je dire pierre rare) qui vaut la peine d’être vue.

Y êtes-vous déjà allés?

Vous en voulez encore?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *