Légendes irlandaises

En cette veille de Saint Patrick, je me suis dit qu’il serait bon de vous parler de deux légendes irlandaises: le Leprechaun, et Molly Malone.

Le Leprechaun

En Irlande, on dit que le leprechaun est une créature mythique. Mais on peut lire dans de vieux contes irlandais que ce petit farceur est bien réel et aurait été aperçu pour la première fois dans les années 700. Depuis cette époque, les histoires de Leprechauns sont transmises de génération en génération.

Certains suggèrent que le mot « leprechaun » vient du mot irlandais luchorpán, qui signifie « petit corps ». Mais d‘autres disent qu’il viendrait plutôt d’un autre mot qui signifie « cordonnier« , son métier.

On dit que chaque leprechaun possède un pot d’or qu’ils cachent dans les profondeurs de la campagne irlandaise ou au pied d’un arc-en-ciel. Selon la légende, le leprechaun doit donner ce trésor à quiconque réussit à le capturer et/ou réaliser trois de ses vœux. Mais ce petit être ne laissera pas son trésor filer si facilement. Le leprechaun est sournois et il est capable de berner une personne en détournant son regard un instant. Et pendant ce court instant, il disparaît dans la forêt et prend son trésor avec lui. Il ne faut donc pas le lâcher du regard.

Mais alors comment le reconnaître?

Un leprechaun est un petit homme de 610 millimètres de hauteur maximum (24 pouces) avec des cheveux roux épais et raides qui couverts d’un chapeau. Il a des oreilles pointues et une barbe frisée, des yeux verts étincelants et une peau claire avec des joues et un nez rose. Ses vêtements sont principalement verts. Tous les leprechauns portent des chaussures en cuir noir brillant avec des boucles en or ou argent, car ils sont d’excellents cordonniers, une réputation et un métier dont ils sont très fiers. On dit qu’ils fabriquent des chaussures pour de nombreux esprits dans le monde des fées.

Molly Malone

Cette jolie jeune fille est un peu moins célèbre que le Leprechaun, pourtant en Irlande tout le monde la connaît. On dit qu’elle était issue d’une famille de poissonniers et qu’elle était donc devenue poissonnière à son tour et poussait une charrette pleine de coques et de moules qu’elle vendait dans la rue. Mais un jour elle est tombée gravement malade, a eu de la fièvre, probablement le typhus, et a succombé à la maladie.

Certains disent qu’elle vendait son corps la nuit mais rien n’a été prouvé. Aujourd’hui elle a une statue à son effigie à Dublin, qui porte le nom de « The Tart with the Cart », soit « La Prostituée et la Charrette ». On justifie sa robe très décolletée par le fait que les femmes allaitaient en public et que c’était donc plus simple ainsi.

Pourtant personne ne sait si elle a vraiment existé.

Elle a même une chanson qui est devenue l’hymne officieux de la capitale. Elle est chantée par les supporters de l’équipe de football de Dublin GAA et de l’équipe de rugby.

Connaissez-vous d’autres légendes irlandaises?

Vous en voulez encore?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.