Le Vallenato, kézako?

Où que vous soyez en Colombie, dans un bar ou dans une boutique, vous n’échapperez pas à leur musique folk traditionnelle: le Vallenato. Les locaux l’aiment autant que la salsa, et même si d’un premier abord on n’aime pas forcément, une fois quelques verres d’aguardiente bus, je vous assure que vous adorerez très rapidement !

Un groupe de Vallenato

Le Vallenato se traduit littéralement par « né dans la vallée », car ce style de musique a été créé par des fermiers originaires du la côte caribéenne au Nord-Est de la Colombie. Ces fermiers ont voyagé dans les régions pour vendre leur bétail et en ont profité pour emporter leurs instruments pour se divertir. Avec leurs guitares, leurs cornemuses indigènes, leur guacharaca, leurs accordéons et leurs caisses, ils ont créé le Vallenato, qui s’est popularisé et diversifié au fil des années.

Les instruments du Vallenato

Les instruments du Vallenato ont beaucoup évolué depuis ses origines. Voici trois instruments de base utilisés depuis ses débuts à aujourd’hui :

–       Le guacharaca est un petit instrument de percussion en bois, taillé en forme de canoë, qui produit un son qui imite un oiseau de la région: le guacharaco. Le son est régulier et c’est parfois le rythme principal de nombreux Vallenatos.

–       La caisse est un petit tambour, généralement faite en peau de vache, tenue entre les genoux sur laquelle on tape avec ses mains. Elle provient des esclaves Africains emmenés en Colombie par les Espagnols.

–       L’accordéon est aussi utilisé pour le Vallenato, idéal avec ses nombreuses notes à disposition.

Variétés de Vallenato

Il est presque impossible de compter le nombre de Vallenatos qui existent, mais la principale différence réside dans le rythme. Ce sont les accordéonistes qui contrôlent ce rythme. Les Vallenatos dits « Son » et « Paseo » sont plus tranquilles, les « Son » étant plus mélancoliques et lents. Les « Puya » et « Merengue » sont semblables, mais les Puya conmportent plus de paroles.

Si vous voulez écouter du Vallenato, vous pouvez chercher Alejo Duran, Diomedes Díaz ou Kaleth Morales. Plus récemment, il y a Carlos Vives, dont voici la chanson «Carito» ci-dessous.

Et l’endroit idéal pour écouter du Vallenato en live, c’est à Carthagène des Indes, où vous pouvez faire un tour dans une chiva dans lequel un groupe jouera toute la nuit!

Vous en voulez encore?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *