5 mythes colombiens originaux

La Colombie est un pays qui connaît moultes histoires venant de mythes et de légendes. J’en ai sélectionné cinq pour vous les faire découvrir: la Patasola, la Llorona, la Madre Monte, el Mohan et el Dorado.

Mais qu'est-ce que c'est que ça?!
Mais qu’est-ce que c’est que ça?!

 

1- La Patasola

 

Statue de la Patasola (du blog: http://erney-imgenesllanosorientales.blogspot.fr)
Statue de la Patasola (du blog: erney-imgenesllanosorientales)

La Patasola est une femme qui n’a qu’une jambe (pata: patte, sola: seule). Ayant été infidèle, son mari lui coupa la jambe, c’en est suivi une hémorragie dont elle n’a pas survécu. Son fantôme erre dans les forêts, capture les enfants et les chasseurs pour les manger.

 

Physiquement, elle a des griffes et des crocs comme une bête, des yeux de tigre mais une bouche sensuelle. Elle se transforme en jolie femme ou crie comme si elle était en danger pour attirer et séduire les hommes pour finalement les manger.

 

Pour être protégé, il faut aller dans la forêt avec une hache et un chien car elle les déteste. Et elle aime détruire les champs de maïs.

 

2 – La Llorona

 

Statue de la Llorona (du blog erney-imgenesllanosorientales)
Statue de la Llorona (du blog erney-imgenesllanosorientales)

La Llorona (=pleureuse) était une servante qui travaillait pour une famille riche, et qui est tombée enceinte de l’un des membres de la famille. Elle s’est fait renvoyée, et ses parents n’ont jamais accepté cette situation. Le jour de son accouchement, elle a jeté son bébé dans une rivière, puis s’est jetée elle-même à sa poursuite, honteuse.

 

C’est une jeune fille qui a l’air d’un squelette, habillée de vêtements sales, portant dans ses bras un nourrisson mort. Ses yeux sont bouffis à cause des pleurs.

 

Elle hante les forêts, lacs et rivières, et fait peur aux infidèles, aux ivrognes, aux criminels, ou encore aux joueurs.

 

3 – Le Mohán

 

ElMohan_thumb
Le Mohan (source: fabulas.info)

Le Mohán est un personnage dont la grande passion est de manger les enfants au barbecue…

 

Physiquement, le Mohán n’est pas très sexy… il a un style très « naturel », de grands cheveux sales, une barbe et des ongles avec du sang, des yeux noirs et brillants, et est couleur peau. Certaines personnes disent l’avoir aperçu jouant de la flûte ou de la guitare. Certains disent qu’il fume du tabac très fort pour éloigner les insectes.

 

Son passe-temps favori: poursuivre les jeunes femmes blanchisseuses venant laver leur linge dans le fleuve Magdalena. Il les drague, et les kidnappe.

 

4 – La Madre Monte

La Madre Monte (du blog: andyhopes)
La Madre Monte (du blog: andyhopes)

C’est une femme corpulente et élégante, vêtue de feuilles et de mousse d’arbre, avec un chapeau de feuilles et de plumes vertes. On ne voit pas bien son visage à cause de l’ombre du chapeau. Elle vit dans des forêts chaudes avec des animaux dangereux, d’où elle pousse des cris.

 

Il paraît que quand la Madre Monte se baigne dans les cours d’eau, l’eau déborde ce qui provoque de méchantes inondations. Elle punit les époux infidèles, les pervers et les vagabonds, rend malade le bétail des gens qui volent les terrains des autres. A ceux qui sont sur la mauvaise voie, elle les perd dans une montagne en effaçant les chemins et les fait perdre connaissance, les faisant croire à une hallucination.

 

5 – El Dorado

 

L'homme doré (blog: hamadryade-blog)
L’homme doré (blog: hamadryade-blog)

Dans le village de Guatavita, un rituel étrange était pratiqué:  l’un des chefs du village se déshabillait et enduisait son corps d’une substance collante, sur laquelle il mettait une fine couche de poussière d’or pur, qui adhérait à sa peau et lui conférait une apparence étonnante. On l’appelait « l’homme doré » (dorado = doré).

 

Puis lui et ses compagnons se rendaient sur ​​les rives d’un lac à proximité et le plaçaient sur un radeau qu’il propulsaient au centre du grand lac. L’homme doré sautait alors dans l’eau pour enlever l’or. Sur le lac apparaissait une belle tache d’or qui coulait alors lentement. Puis les hommes repartaient au village après avoir terminé leur don, qu’ils réalisaient pour attirer des bienfaits divins sur le village.

 

Vous en voulez encore?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *